cf.robertosblogs.net
Information

Fraise goyave hawaii arbres fruitiers

Fraise goyave hawaii arbres fruitiers



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Fraise goyave hawaii arbres fruitiers.

Mon fruit préféré, les fraises, est le fruit de l'état de l'Utah. Mais quand je dis aux gens à Hawaï que j'adore les fraises, une réponse proche de "Nous venons de l'Utah, et nous mangeons des fraises tout le temps".

J'adore les fraises parce que leur arôme remplit chaque pièce lorsque vous ouvrez l'emballage et que leur saveur est douce et acidulée pour moi.

Les fraises d'Hawaï ne sont pas rouges comme les fraises de l'Utah, mais d'un violet rougeâtre. Et ils ont un goût légèrement différent. De loin, je pourrais acheter des fraises de Californie, mais quand je m'approche, le goût des fraises d'Hawaï est différent. C'est peut-être parce que nous avons moins de terres pour les cultiver, ou que l'eau est tellement différente sur la côte.

Je ne sais pas si je pourrais l'expliquer, mais les fraises d'Hawaï ont le goût de mangues légèrement acidulées. Peut-être avec plus de couleur.

Les fraises de mon champ de fraises ont séché, alors je les ai laissées aller au tas de compost, mais je suis content que les arbres produisent encore des fruits.

J'adore leurs feuilles, j'en ai donc récolté 10 pour ce post.

Voici mon arbre fruitier préféré. Les fraises sont au premier plan, la goyave est en arrière-plan. Le prunier là-bas est si beau, je ne sais pas pourquoi quelqu'un le cueillerait. Le pamplemousse est celui que je pense acheter, mais il n'est pas en solde. Les raisins sont d'un violet si profond que je ne peux pas croire qu'ils soient si petits.

Au printemps, chaque jour l'air est empli de l'odeur des arbousiers, mais on ne voit rien. Quelques gouttes de pluie tombent.

Fin octobre, l'air sera empli du parfum des goyaviers.

Heureusement que je n'ai pas coupé les feuilles des arbousiers.

Publié dans

Ngai Te Rua

J'aime l'odeur du pain frais. Ça me rappelle mon enfance. Je peux le sentir de la rue. Je vois les pains au magasin 99 Cents Only dans notre rue à Kīhei. Je les vois à l'hôpital de Kona où travaille mon mari, et je les vois dans la boutique du port de Kīhei.

Il y a quelques années, j'ai commencé à faire du pain dans mon four au lieu du micro-ondes, et j'y pense souvent quand je sens une nouvelle odeur.

J'avais l'habitude de faire cuire le pain dans un moule à cupcakes, ce qui était un travail minuscule et glissant. Le meilleur pain que j'ai jamais fait était dans un four hollandais ordinaire. Je pense que c'est la première fois que j'utilise un four électrique.

Vous ne pensez pas au pain quand vous êtes enfant parce que c'est la nourriture des adultes dans votre vie. Mon père travaillait dans une boulangerie, mes oncles travaillaient dans des boulangeries et j'aidais ma mère et ma grand-mère à faire du pain. J'ai appris d'eux, et je cuisine toujours.

Quand j'étais petite, je détestais faire du pain parce que ma grand-mère me criait dessus. Je restais juste là, attendant qu'on m'engueule. Nous étions dans une minuscule maison vieillissante et la cuisine était minuscule aussi. Elle a fait de la tâche de faire du pain une tâche stressante plutôt que joyeuse.

A l'époque, je n'avais pas réalisé quel âge elle avait. Je pensais qu'elle avait le même âge que moi. Quand j'étais à l'université, elle a eu un accident vasculaire cérébral et est décédée. J'ai réalisé alors qu'elle était beaucoup plus âgée que moi. Je suis toujours en colère, repensant à l'époque où je pensais qu'elle avait le même âge que moi, et quand j'ai appris qu'elle était morte.

C'est un moment où j'aime penser à ma grand-mère, pas dans ma tête, mais dans mon cœur.

Aujourd'hui j'ai fait du pain dans mon four. Je pense que c'est toujours le meilleur pain que j'ai jamais fait. C'est la première fois que je fais du pain dans un vrai four, celui qui est relié au système électrique. J'en suis fier.

C'est vraiment très bien sorti.

Le pain est un pain au levain gratté, mon préféré. Il n'y a pas de recette, mais la recette est dans ma tête.

C'est ce que je pense du pain.

Je suis bien placé.

Le four est meilleur que le micro-ondes.

C'est le matin, et j'ai cuit le pain dans le passé.

J'ai le temps de le cuire.

J'ai fait deux pains.

C'est comme ça avec un vrai four.

C'est comme ça avec un vrai four.

Publié dans

Ngai Te Rua

Il y a quelques semaines, je conduisais chez un ami pour le dîner.

Nous avons vu un sans-abri marcher dans la rue, vêtu d'une chemise sur laquelle on pouvait lire : « Je suis sans-abri, pouvez-vous épargner un peu de monnaie ? »

Il n'y avait pas de voiture en vue. Il n'avait pas de valise et il ne demandait pas de transport. Il demandait juste quelques dollars.

Ça m'a frappé à quel point ce type est triste. Je sais qu'il ne demande pas d'argent parce qu'il n'en a pas. Il demande de l'argent parce qu'il est sans abri et parce qu'il y a des gens dans ce monde qui vivent dans un confort relatif et pensent que c'est tout ce qu'il faut pour être heureux.

Je sais, parce que c'est moi. Je suis tellement à l'aise. J'ai tellement, que parfois j'oublie ce que c'est que de ne rien avoir.

Quand j'avais 10 ans, mon père a perdu son emploi. Ce n'était pas le